Le podcast geek des chiffres a enregistré Audrey Brullon, co fondatrice de Lamacompta, pour son épisode. Dans celui-ci, beaucoup de questions sur le recrutement sont posées. Vous aurez les clés en main pour réussir le recrutement au niveau candidat ou cabinet sur ce nouveau marché de l’emploi.
Le podcast est disponible ici !

Audrey, peux-tu te présenter ? 🤗


J’ai toujours rêvé de devenir DRH : la personne qui fait que tout le monde se sent bien dans sa vie professionnelle. Je me suis orientée vers l’emploi d‘assistant manager puis le marketing et commerce.
En fin d’étude, j’ai fait de l’entrepreneuriat pour aider les étudiants à trouver leurs stages et leurs alternances en mettant en avant leurs « softs skills ».
Un jour, j’ai voulu me spécialiser dans un domaine, j’ai proposé à Jason, cofondateur de Lamacompta, de se spécialiser dans la comptabilité.
Lui avait l’expérience adéquate avec son ancien emploi auditeur financier : on savait la difficulté de recrutement qui existait dans ce secteur et lui savait à quel point il y avait un manque de transparence pour trouver le bon cabinet en tant que candidat.

Comment diriger une entreprise en couple ? 👥


Mon conjoint s’occupe de la partie chiffre et opération, moi je m’occupe de la partie marketing commercial donc on ne se marche pas dessus, ça empêche les conflits. On a des caractères complémentaires qui marchent bien. J’ai également un engagement associatif à la jeune chambre économique qui me permet d’être parfois seule.

Comment tu imaginais l’emploi DRH ? 🔎


Comme une personne qui va voir chaque collaborateur et va voir si celle-ci a tout pour se sentir bien. Au final ce n’est pas que ça, c’est celui qui dirige l’entreprise qui voit si tout le monde se sent bien.

Comment naissent les premières étapes de Lamacompta ? 🔨


Aller au-delà de nos impressions ! Se poser la question « Y a t-il vraiment un marché ou un problème à résoudre ? ». Pour voir les difficultés, on a interrogé des candidats, des gens en poste,...
La vraie question pour un candidat c’est de trouver le job qui lui convient dans la durée et se sentir bien.

Comment avez-vous contacté les gens pour l’enquête terrain ? 📞


Par LInkedin, avec le réseau de Jason : on posait des questions qualitatives pour aller au bout du problème. On a fait des interventions en école aussi, avec des dizaines d’étudiants. Et on a enquêté parmi les cabinets expertises-comptables.

Quelles étaient les révélations sur l’emploi après avoir fait ça ? 🤯

De la part des candidats : Un manque transparence, pas assez d’informations, les cabinets ne sont pas assez sur les réseaux.
Pourtant les cabinets peuvent être attractifs en interne mais pas en externe, ce qui peut se révéler être un problème auprès des candidats.
La deuxième demande des candidats était de trouver toutes les infos dans une seule plateforme, pour avoir un gain de temps, mais également que les critères soient affichés : café et thé illimités, le no costume pour d’autres… Ce sont des bases de discussions entre candidat et cabinet.
Les candidats se projettent aussi avec les photos et vidéos du cabinet, c’est donc important d’en diffuser.
Quand un cabinet me demande « Comment je fais pour me différencier des autres ? »👉 Pas besoin : tout est différent avec les locaux, la localisation,….

Quelle est ta vision du recrutement dans le nouveau marché expert-comptable ? As-tu pensé à ouvrir aux entreprises ou aux cabinets de recrutement ? 🚪

Aujourd’hui la promesse c’est la localisation exacte et l’identité du cabinet.
Dans le cadre des cabinets de recrutement, ils ne veulent pas assurer cette transparence. Les candidats veulent donc des cabinets comme ceux disponibles sur Lamacompta, on leur propose alors exclusivement ce qu’ils recherchent.


Beaucoup de jeunes ont peur de se diriger vers ce métier avec les préjugés… C’est quoi ta lecture de ce nouveau marché ? 😰



Il y a beaucoup de préjugés qu’on veut déconstruire sur le terrain.
Les cabinets sont aussi des entreprises, avec de la communication et de la RH. 88% des recruteur considèrent que les cabinets sont moins attractifs que les entreprises. Et ça se voit aujourd’hui avec les collaborateurs comptables qui prennent des missions en plus comme du recrutement, la gestion des réseaux sociaux…
Quand j’interviens en classe en première année, ils ont une vision de l’emploi spécifique et puis après ils me disent « Ah non, ce n’est pas ce que je pensais ». Il y a deux types de profil :
– Les introverties qui veulent être cachées derrière l’ordi et quand on leur demande de décrocher le téléphone ils ne sont pas à l’aise.
– Les gens extravertis qui veulent aller vers le client mais qui se redirigent vers le marketing, sans savoir qu’on a cette relation client aussi en comptabilité.

À ton avis, pourquoi les cabinets ne recrutent pas de collaborateurs ? ✋


Il n’y a pas assez de collaborateurs : dans les classes on a du mal à trouver des étudiants et les prendre en stage ou en alternance.
Et parfois, c’est aussi des cas tel que :
– Les candidats ont du mal car quand ils trouvent un cabinet, il n’y a pas de formation proposée par manque d’effectif.
Le système management d’avant où il y avait des heures supplémentaires leur fait peur. Pourtant, maintenant l’emploi n’est plus au centre de la vie : Par exemple l’existence de la semaine de 4 jours et les cabinets qui ferment à 18h.
L’accueil : Un étudiant m’a dit « Par manque de considération j’ai détesté un stage, et j’ai pourtant adoré un autre pour le même poste. L’un avait quelqu’un qui m’a bien accueilli et était bienveillant, l’autre non, ça a fait la différence. »

Conseils pour un cabinet 💚


Pour attirer = Visibilité !
– Les canaux des réseaux sociaux sont importants : être présent dessus c’est indispensable surtout Linkedin.
– Il faut parler de la vision du cabinet, des clients, montrer comment l’on fonctionne avec des vidéos, …
Le design et l’expérience utilisateur sont aussi importants : votre logo est votre vitrine 👉 soit la représentation de votre marque. Le site doit être responsive et actuel ! Il faut y travailler son SEO et son référencement.
Si l’offre d’emploi ne marche pas, posez-vous la question : Est-ce que je postulerais chez moi ?
Ce n’est pas parce qu’on a recruté quelqu’un qu’elle va rester, ça se passe aussi avant l’embauche : on leur propose un café, voir un team building avant etc…

L’idée du recrutement 🚀


A Awareness 👉 La découverte soit tout ce qu’on va faire pour la marque.
A Aquisition 👉 comment j’attire le candidat ?
R revenue 👉 votre collaborateur va devenir autonome et générer de la valeur.
R rétention fidélisation 👉 un recrutement coûte cher, autant garder ceux qui sont déjà là !
R rendre un collaborateur ambassadeur 👉 Donnez-leurs des visuels et des textes pour les réseaux sociaux sans forcer à parler de vous.

Quelles sont les erreurs chez les candidats ? 🙊


Au niveau du CV :

– Il faut écrire l’intitulé du poste, ne pas écrire qu’ »étudiant ». En reconversion, il ne faut pas mettre son ancien métier. Mettez l’expérience en avant, et faites un CV en une seule page.
– Lorsque vous déménagez écrivez le, sinon les recruteurs vont se demander « pourquoi untel qui est à Paris veut venir bosser chez moi ? ».
– La lettre de motivation n’est pas toujours lue, c’est le CV, qui, en priorité, doit faire une bonne impression.
Écrire le nom de l’entreprise plutôt que « je veux rejoindre votre entreprise« . Vous pouvez montrer votre intérêt en mettant les couleurs du cabinet sur son CV par exemple.
– Pour rassurer, si on n’a pas d’expériences, on met en avant que l’on apprend et que d’autres personnes nous ont fait confiance, par exemple : La référence d’un ancien manager pour monter qu’on est quelqu’un de fiable.

👉 10 CV personnalisés sont mieux que 100 envoyés.

Quel conseil pour montrer la personne réellement qu’il est ? 💙


Il faut bien se renseigner sur le poste et le cabinet en amont. Pour le moment où vous devez vous présenter, il faut bien connaître son texte et parler de ses hobbys, de l’engagement associatif, …

Quoi répondre aux questions de recrutement, type « Quels sont vos qualités et vos défauts ? » 🧐


On a les qualités de ses défauts, c’est une question difficile. On ne va pas dire « perfectionniste », ou les généralités. Il faut être naturel, ne pas dire de défauts préjudiciables. Il faut aussi donner des exemples à ce qu’on dit.
De plus, pour la question du salaire, n’ayez pas peur dès le premier entretien d’en parler !

Si cet article vous a plu, venez voir les autres articles sur Lamablog !

Découvrez aussi les 4 astuces pour être incontournables auprès des candidats !




Partager cet article

Partager cet article ?