Nous avons réalisé une série de 4 live avec le cabinet d’expertise comptable Agori, situé à Seyssinet-Pariset (38), La Mure (38) et Vizille (38). Dans le live précédent nous avions parlé des outils et de l’environement de travail au sein du cabinet. Aujourd’hui, dans ce quatrième et dernier live de présentation, nous parlerons des formations (cursus, alternances, stages) au sein d’Agori.

Pour clôturer cette série de live avec un super sujet sur les cursus en alternance et en stages. Audrey BRULLON, co-fondatrice de Lamacompta, a eu la chance d’être accompagnée par Jennifer PAJANY, qui est collaboratrice comptable au sein du cabinet Agori, Chloé LARGILLIÈRE-CHABERT, qui en alternance en DSCG et Laurent BERTHERAT, qui est expert comptable associé.

Quel est votre cadre de travail ?

« Alors moi je suis en alternance en deuxième année de DSCG et dans une équipe de six personnes dont une Experte-Comptable. On est tous jeunes, on s’entend tous très bien. On fait à la fois du CAC et à la fois de l’expertise comptable. Et mon rythme d’alternance ces deux jours à l’école et trois jours en cabinet. »
Chloé LARGILLIÈRE-CHABERT

« Moi je suis un peu comme Chloé. L’équipe a un peu la même configuration. Une équipe de six personnes qui est encadrée par un expert dont composé de deux alternants. Dont un que j’accompagne dans son cursus de BTS de première année. »
Jennifer PAJANY

« Moi, je travaille en collaboration avec une équipe formidable composée de six personnes : d’alternants, de chefs de mission et de collaborateurs. »
Laurent BERTHERAT

Laurent, est-ce que vous pouvez me dire comment on devient un collaborateur comptable ?

« Alors nos métiers sont liés à un cycle d’apprentissages et de formations. Il y a un parcours un peu traditionnel qui est généralement un bac +2, type BTS / DUT. Et après généralement la voie royale j’allais dire dans tout ce qui est expertise comptable le DCG et le DCSG. Après cette voie royale, nous aujourd’hui chez Agori on cherche aussi des profils un petit peu différents, atypiques. Comme celui de Jennifer, mais je crois qu’elle va vous en parler après. »
Laurent BERTHERAT

« Voilà, tout à fait moi j’étais assistante de gestion. Et puis j’avais cette envie d’être comptable et pour pouvoir parvenir à réaliser mon objectif. J’ai repris mes études donc j’ai fait un congé individuel de formation et j’ai fait un BTS en un an. Puis après, j’ai démissionné. Et puis j’ai choisi l’alternance en cabinets comptables. Pour faire une licence. Et ensuite, j’ai continué sur ma lancée avec le DCG en passant des UE en candidat libre. J’ai intégré Agori entre-temps, en tant que collaboratrice. Et puis voilà mon nouvel objectif pour 2022. C’est le DSCG. Parce que quand on aime, on ne compte pas. J’essaye de continuer mon chemin comme ça. Et puis je tenais aussi à dire que la reconversion professionnelle, ça ne peut être que possible. Au niveau de la famille, il y a le soutien familial, parce que c’est quand même un gros investissement personnel. Donc si tout le monde n’est pas derrière, ça ne marche pas. »
Jennifer PAJANY

Est-ce Chloé que vous pouvez me parler aussi un petit peu de votre parcours ?

« Alors oui, moi j’ai un parcours classique après le bac j’ai intégré le DCG en cycle initial pendant 3 ans. À la suite de l’obtention du DCG j’ai intégré le DSCG et cette fois-ci en alternance chez Agori pour les deux années de master. »
Chloé LARGILLIÈRE-CHABERT

Jennifer, est-ce que vous pouvez parler un petit peu de l’évolution que vous avez pu observer chez Agori ?

« Eh bien, ça fait trois ans maintenant que je suis chez Agori et j’ai évolué. J’ai une évolution plutôt rapide parce que j’ai été formé par des personnes qui croyaient en moi et qui m’ont fait confiance. Et cette formation qui a été faite aussi avec bienveillance, m’a permis d’évoluer. Si bien qu’aujourd’hui, moi à mon tour, j’encadre un alternant. Ce qui me permet aussi de consolider plein de choses, mes acquis et puis de grandir au sein d’Agori. »
Jennifer PAJANY

Et vous Chloé, est-ce que vous sentez pouvoir évoluer chez Agori ?

« Alors oui, je suis arrivée en septembre 2020. J’ai été formé par mon maître d’apprentissage, Martin, qui est passé en live lundi avec Dominique. Il m’a formé dans l’optique que je puisse faire le même métier que lui, avec les mêmes exigences. J’ai rapidement pris une autonomie dans mon travail. Il m’a fait confiance. Et c’est pourquoi maintenant je suis responsable de 20 dossiers clients pour lesquels je suis collaboratrice comptable dessus. Je suis aussi chargée de la formation des deux nouvelles arrivantes dans le groupe : une personne en CDI, en tant que collaboratrice comptable et une Alternante en DSCG. »
Chloé LARGILLIÈRE-CHABERT

Est-ce que Jennifer, vous pouvez me parler des compétences et qualités requises pour se lancer dans des études en comptabilité ?

« Alors les compétences et les qualités : du sérieux, de la rigueur. C’est quand même de la comptabilité et puis aussi une grande curiosité, je pense que ça peut être très utile. De poser des questions, d’aller voir ses collègues, son entourage. On évolue plus vite comme ça, que rester dans son coin à faire ça petite saisie. La curiosité je pense que c’est très important et aussi la régularité dans les apprentissages. Voilà, rester toujours constant et motivé, puis faut se faire plaisir parce que c’est quand même un métier de passion. Il y a de l’épanouissement dans tout ce qu’on fait, on peut trouver de l’épanouissement. »
Jennifer PAJANY

Laurent, que diriez-vous aux personnes qui souhaitent exercer ce métier en cabinet ?

« Mais je leur dirais de ne rien lâcher. Jennifer l’a un peu dit, c’est un métier d’engagement, de passion, mais faut aussi être passionné, il faut être ouvert sur l’environnement, sur les autres. Faut être persévérant aussi. Je prends l’exemple à la fois de Jennifer, qui est très représentatif de reconversion ou de Chloé sur son engagement en tant que jeune en alternante. Pour un objectif d’aller sur un stage d’expertise comptable jusqu’au diplôme. Il faut être persévérant, ne rien lâcher, comme on dit chez nous et aussi passionnés par rapport au travail que l’on fait. On peut parfois être « dénigré ». Mais ce que je dis souvent, on ne se rend pas compte de l’utilité on est d’utilité publique objectivement. Par rapport à ce que l’on fait vis-à-vis de nos clients, au service que l’on rend, à la valeur ajoutée qu’on apporte.

Donc c’est vraiment ça aujourd’hui qui fait la force, on est sur un métier qui est en pleine évolution, tant par le numérique, tant par l’évolution des profils, des compétences et de l’évolution comme on peut avoir avec les clients dans les missions qu’on propose. C’est un métier qui est formidable. »
Laurent BERTHERAT

Chloé, est-ce que vous voulez ajouter quelque chose sur ce sujet ?

« Je suis d’accord avec Jennifer et Laurent sur les compétences à avoir. Je rajouterai de la rigueur. Et aussi avoir envie d’apprendre continuellement parce que les règles changent. Les clients sont tous différents, il faut savoir s’adapter à chacun et ça demande beaucoup de plasticité cérébrale et c’est très intéressant. Et c’est un métier qui est polyvalent, donc on ne s’ennuie pas du tout. »
Chloé LARGILLIÈRE-CHABERT

Laurent, est-ce que vous pouvez me parler un petit peu des avantages de se former chez Agori ?

« Je vais rebondir sur la plasticité cérébrale, c’est génial ! Non, les avantages c’est l’évolution et l’épanouissement. Et là encore, je prends l’exemple de Chloé et on a fait le choix chez Agori cette année de faire rentrer 15 alternants. Ce n’est pas tant pour les aides qu’il y a derrière, c’est surtout pour faire grandir et faire évoluer ces types de profils. Chez nous, l’apprentissage est quelque chose qui est très ancré dans nos valeurs, dans notre culture, avec vraiment un objectif d’employabilité à la fin du parcours.

Donc pour ça on s’est doté de moyens, puisque ce n’est pas le tout de faire rentrer des alternants. L’objectif aussi, c’est de construire un parcours d’intégration et de qualifications. Donc il y a vraiment un tutorat qui est adapté, qui est marqué en fonction de l’évolution et des compétences de chacun. On est assez fier de cet outil qu’on a mis en place. Il fait vraiment le lien entre ce que l’on apprend en formation initiale, à l’école, et la vraie vie, ce que l’on demande dans l’addition de compétences par rapport à nos métiers. Ça, c’est aussi un des arguments ce qui fait aussi la force et l’ancrage d’Agori. »
Laurent BERTHERAT

En un mot, comment vous définiriez Agori ?

« Je dirais dynamisme. »
Jennifer PAJANY

« Rayonnant. »
Laurent BERTHERAT

« La bienveillance. »
Chloé LARGILLIÈRE-CHABERT

Vous pouvez également regarder le live avec Agori en vidéo, voici le replay 👇

Vous n’avez pas vu le live n°3 avec Agori sur la culture d’entreprise ? C’est juste ici 👈

Vous avez envie d’en savoir plus sur Agori ? 👉 Découvrez le live n°2 à la découverte des métiers d’Agori

Abonnez-vous notre page LinkedIn pour ne manquer aucun live 👉 Lamacompta page LinkedIn

Partager cet article

Partager cet article ?